Dans son numéro de vendredi dernier, le JDS a donné la parole à notre président Jean-Michel Ganon pour un bref portrait de notre Club, ainsi que des explications sur son avenir.

« Depuis dix ans, c’est Jean-Michel Ganon qui préside à la destinée du Club de natation de Sierre. À son arrivée, le comité comptait trois membres, aujourd’hui ils sont neuf. Lors de la prochaine assemblée générale, il passera la main à son vice-président Frédéric Pobelle.

Jean-Michel Ganon, comment se structure votre club?

Nous comptons dans nos rangs plus de 200 nageuses et nageurs, qui sont répartis dans 27 groupes de 12 niveaux sur 2 sections. Ils sont encadrés par une quinzaine de moniteurs-entraîneurs. Tous commencent à l’école de nage. Le CNS permet aux enfants âgés de 4 à 10 ans de prendre confiance dans l’eau. Les cours sont donnés le lundi soir dans le petit bassin (niveaux 1 et 2) mais aussi dans le grand bain (niveaux 3 et 4).

À ce stade, combien continue la natation?

Très peu, je dirais 10%. Les parents amènent surtout leurs enfants au club pour qu’ils apprennent à nager. Après ils se dirigent vers d’autres sports plus populaires. Mais nous traversons une bonne période. La saison 2020-2021, malgré la crise sanitaire, a vu une augmentation de 36% des effectifs de la section natation, en comparaison des deux saisons précédentes.

Quel chemin doivent prendre ces jeunes pour intégrer le groupe élites?

À la sortie de l’école de nage, ils intègrent la section natation. Elle se compose de sept groupes qui donnent des buts aux jeunes lors de chaque étape. Cet apprentissage débouche sur le groupe préparation espoirs, puis chez les espoirs. L’équipe numéro deux du club s’entraîne trois fois par semaine en synergie avec le groupe des élites. Tout au long de la saison, ils participent également à des meetings.

Jusqu’à quel niveau un nageur peut-il rester à Sierre?

Notre club réalise de très bons résultats en élites. Après, si un jeune talent rêve de faire une carrière internationale en natation, il serait préférable qu’il rejoigne une plus grande structure comme celles qui peuvent exister à Vevey, Berne ou Genève. En Valais, avec nos moyens, nous sommes coincés. Tout l’encadrement reste bénévole.

Quels sont les prochains grands rendez-vous du CN Sierre?

Le samedi 5 décembre, nous allons mettre sur pied les Championnats valaisans d’hiver, dans des conditions un peu particulières. Les mesures sanitaires seront strictes: pas de public, port du masque, séparation des équipes ou encore distanciation lors des procédures de départ. Et l’an prochain, le club de Sierre va accueillir une nouvelle fois les Championnats romands. »

Interview réalisée pour le JDS par Claude-Alain Zufferey.

Catégories : Natation